Le philosophe Platon utilise l'image d'un attelage comme représentation de l'être. Chaque individu étant le Maître d'un attelage tiré par deux chevaux de nature foncièrement différente, celui des passions généreuses et celui des passions instinctives. Un cocher symbolisant la raison tente de faire avancer le char malgré le tiraillement provoqué par les deux chevaux.

Les chevaux des âmes divines sont robustes et obéissants. L'attelage ailé des âmes humaines est fait de deux chevaux. Le premier de ces chevaux est un cheval blanc aux yeux noirs, beau et fort ; il aime la prudence et la modération. Compagnon de l'opinion vraie, il n'a pas besoin d'être frappé pour être conduit, la parole encourageante lui suffit. L'autre cheval est noir ; rétif et mal bâti, c'est un compagnon de la démesure et de la vanité; pour le conduire, le cocher doit lui donner des coups de fouet. Mener un tel attelage est chose difficile. Les  âmes sont gênées par les chevaux qui désobéissent, si bien qu'elles sont vaincues par la fatigue, s'alourdissent, perdent leurs ailes.

L’âme de l'homme est tirée par ces deux chevaux, entre la mesure et la vérité, l'injustice et le désordre. L'âme humaine porte en elle la marque de la complexité de l'homme.

On pourrait illustrer l'état dans lequel se trouve une personne atteinte de dépression par la représentation d'un attelage en perdition: chevaux capricieux, rênes lâches, cocher assoupi ou ivre, carrosse endommagé, maître inconscient. La personne malade ne contrôle plus ses sens, se laisse gouverner et mener par eux. 

Le mauvais attelage

Mauvais attelage

Le Carrosse: représente le corps

Le Cocher: incarne l'intellect (Buddhi)

Les Rênes: correspondent au mental (Manas)

Les Chevaux: sont la faculté des sens

Le Maître: le Soi supérieur (Atman)

"La pratique du Yoga vise à harmoniser chacun des éléments ci-dessus et gérer constamment un attelage équilibré et performant."